Communication “slow”, ou communiquer autrement

On nous dit souvent : il faut savoir se vendre, se montrer, publier tous les jours sur les réseaux sociaux, créer des vidéos, mettre en avant ses produits encore et encore… Et si cela ne convenait pas à tout le monde ? Et s’il y avait d’autres voies possibles qui mèneraient également à bon port ?

Communication slow, ou communiquer autrement en accord avec soi-même
Prendre le temps…

Parce que je l’avoue, me mettre en avant, “me vendre” (je n’aime pas cette expression !) ce n’est pas du tout ma tasse de thé. Mais les algorithmes étant ce qu’ils sont, on se dit que ce serait bien de suivre les conseils que l’on trouve partout sur le Web. Que sinon, on ne va pas sortir du lot, qu’on ne va pas être visible. Alors au début je me suis un peu mis la pression pour essayer de suivre certaines recommandations, en particulier sur Instagram, le réseau social où je suis le plus active. Sans pour autant publier de façon très régulière et fréquente, par manque de temps. Quant aux vidéos, non merci… Je déteste être filmée, et je ne suis pas prête non plus pour les podcasts ! Mais voilà, cette impression d’être un peu à la traîne restait dans un coin de ma tête, et c’était fort désagréable.

Quelle bouffée d’oxygène alors quand j’ai découvert le podcast de l’illustratrice Ëlodie sur le sujet il y a quelques semaines : Explorer la slow communication, avec interview de Marion Romain, une artiste introvertie comme moi et qui a décidé d’assumer cette autre façon de faire. L’objectif est tout simplement d’agir en accord avec soi-même, en respectant ses valeurs et sa personnalité. J’aime beaucoup le sous-titre du podcast : Ou comment “garder son cap” malgré la pression des algorithmes. Exactement ce que j’avais besoin d’entendre ! Rien que le fait de me sentir moins seule m’a fait du bien.

Voilà comment Ëlodie introduit le sujet :

Ce que j’appelle la slow communication, c’est une façon de partager son travail de façon plus “silencieuse”, sans forcément se montrer, ni se mettre en avant sur les réseaux sociaux. Et de fait, c’est une façon plus personnelle aussi, puisqu’elle se dégage des dictats des algorithmes pour être plus spontanée et naturelle finalement.

Loin de moi l’idée de jeter la pierre aux personnes qui sont à l’aise sur les réseaux sociaux et notamment derrière un micro ou une caméra, mais j’avais envie d’aborder cette thématique dans mon podcast pour vous montrer qu’il existe “d’autres chemins possibles” comme le dit si bien Marion […] qui je trouve manie parfaitement cet art de la communication à contre courant des tendances actuelles.

Très franchement, après avoir écouté cet épisode, je respirais tellement mieux !! J’assume enfin ma manière de communiquer, car même si j’aime beaucoup publier et échanger sur Instagram notamment, je le fais lorsque j’ai quelque chose à montrer et/ou à dire : se forcer à poster coûte que coûte ne me convient vraiment pas. J’essaye quand même de publier avec un minimum de régularité, mais j’aime mieux le côté spontané. Et ayant déjà une tendance naturelle à me mettre la pression toute seule, autant ne pas en rajouter ! Ma communication sur Facebook est encore plus aléatoire : j’ai tardé à y partager des dessins, et même ma page pro n’est pas très animée. De plus, ayant constaté qu’il y a actuellement beaucoup moins d’activité sur ce réseau, je ne publie que lorsque cela ne me coûte pas trop en temps ; mais je le fais quand même pour ceux qui me suivent et qui ne sont pas sur Instagram.

Communiquer sur les réseaux sociaux en restant soi-même

En outre j’ai (re)découvert que j’aime vraiment communiquer par le biais d’articles, je prends donc beaucoup de plaisir à tenir ce blog et préparer ma petite newsletter mensuelle. Ayant une formation (et une sensibilité) littéraire, ce sont des médias qui me conviennent bien, je m’y sens à l’aise. Mais une fois de plus, rien ne sert de se mettre en stress : pour le moment du moins, je me limite à une moyenne de deux articles et une newsletter par mois. D’ailleurs je ne sais pas pour vous, mais moi qui ai rarement le temps de lire les diverses lettres d’information auxquelles je suis abonnée, je trouve qu’une par mois c’est déjà très bien ; c’est d’ailleurs ce qui m’avait fait hésiter à en lancer une…

Etre en accord avec soi-même

Après tout, pourquoi faudrait-il rentrer absolument dans des cases ? J’ai toujours eu ce côté “esprit de contradiction” qui me pousse à ne pas faire comme tout le monde, et en même temps j’étais tiraillée car lorsqu’on développe une activité, on veut mettre toutes les chances de son côté… Alors qu’en réalité, comme dans tous les domaines, il n’y a jamais qu’une seule façon de faire ou de penser. Notre manière de communiquer, de nous montrer, doit tout simplement refléter qui nous sommes. Cela fait partie de notre marque de fabrique, alors pourquoi montrer quelque chose qui ne nous correspond pas ? En plus de se sentir mieux, montrer sa vraie personnalité en étant fidèle à soi-même est plus honnête vis-à-vis de sa communauté d’abonnés.

Alors, plutôt que d’essayer de suivre la frénésie des nouveautés et changements d’algorithmes des réseaux sociaux, tout comme Marion Romain je préfère parfois rester en retrait, quitte à m’approprier les nouvelles tendances plus tard et à ma façon. C’est ce qu’il s’est passé avec les stories Instagram : au départ cela ne me disait rien, j’ai vraiment repoussé le moment de m’y mettre, et finalement je me suis même prise au jeu.

La clé est donc là, toute simple : communiquer en restant soi-même, de façon plus personnelle, plus spontanée, plus naturelle. Cela peut être à contre-courant, ou à retardement, on avance sans doute moins vite de cette manière mais peu importe tant que l’on suit sa propre route et son propre rythme.

Et puis on peut aussi avoir différentes phases. Cette découverte tombait en fait à point nommé, en automne où personnellement j’ai envie de cocooner, de ralentir mon rythme au quotidien. Ce n’est pas forcément possible en fonction de l’emploi du temps, mais l’envie de mieux suivre ses besoins est bien là.

J’ai d’ailleurs du progrès à faire dans ce sens-là : même si j’ai envie ou besoin de ralentir, je n’arrive pas encore à m’empêcher d’être speed, de souvent trop remplir mes journées, de vouloir absolument être efficace et productive. L’art ce n’est sans doute pas ça, mais certaines contraintes rendent la chose difficile ! Pour moi, la slow communication, et surtout le fait de l’assumer, est déjà un petit pas vers un ralentissement de mon rythme de vie, ralentissement qui serait le bienvenu.

Automne et communication slow, ralentir son rythme

Se montrer autrement

D’après Marion Romain, pour compenser l’absence de soi-même en vidéo ou en photo, on peut montrer sa personnalité à travers ce que l’on publie, en l’occurrence des dessins, des mots, mais aussi d’autres aspects de notre environnement, des lieux que l’on aime, des activités de notre quotidien… Il est vrai que jusqu’à présent je n’ai publié que des dessins, avec peu de mots. En story je pourrai sans doute développer ces “à-côtés”, mais même là j’ai encore du mal ! Peur de dévoiler un peu trop peut-être, même de cette façon ?

La communication reste un art en soi, il y a toujours à apprendre et à améliorer. Je me laisse beaucoup guider par l’intuition et le ressenti (et encore, pas toujours), il me manque peut-être un peu de pragmatisme et de sens commercial… Mais aussi de confiance en moi, parce que parfois je n’ose tout simplement pas poster lorsque je m’imagine que ça ne va intéresser personne. Alors que franchement, d’une part ça n’a aucune importance, et d’autre part chacun s’intéresse à des choses différentes et s’il n’y a qu’une seule personne de touchée, c’est déjà chouette ! Lâcher prise et dire à son ego d’aller voir ailleurs, ça fait aussi partie du cheminement.

Et si vous m’avez lue jusque là, je vous en remercie chaleureusement car une fois de plus je crois que j’ai profité de ce blog pour faire de l’introspection, ce qui n’était pas nécessairement mon intention ! J’ai l’impression que mon fonctionnement en écriture est le même qu’en dessin : je pars d’une idée de base mais je ne prévois pas où cela va mener. J’espère en tous cas que cet article vous a plu ! Vos expériences et témoignages m’intéressent également, alors n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à m’envoyer un message.

Pour aller plus loin, quelques ressources :

  • Bien sûr, le podcast d’Ëlodie sur le sujet : Explorer la slow communication (env. 1h)
  • Mais aussi son très beau site web : https://elodie-illustrations.net
  • Le très joli site de l’artiste Florie Vine : https://florieteller.com, qui invite à l’introspection et à la contemplation. Elle y propose de chouettes ressources pour s’organiser en mode slow.
  • Et puis allez : je ne fais pas beaucoup de publicité (puisque ce n’est pas ma façon de faire 😉 ), mais si vous avez besoin ou envie de plannings hebdomadaires à imprimer chez vous pour organiser votre quotidien avec un peu de poésie, c’est par ici !
    Notez que les recettes de la boutique me permettront notamment d’avancer sur un certain projet de BD dont je vous reparlerai bientôt…
Planning de la semaine à imprimer chez soi
La newsletter des dessins de la lutine

Abonnez-vous et recevez en cadeau un lot de 5 marque-pages illustrés à imprimer !

Oxygène, dessin noir et blanc Lysiane Binet

Avec cette newsletter mensuelle vous recevrez mes actualités (expos, projets en cours dont l'avancée de ma bande dessinée), réflexions publiées sur le blog, nouveautés, contenus gratuits et autres surprises.

Je ne spamme pas ! Consultez ma politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

0
Panier
  • Le panier est vide.